Posted By in Engager les jeunes dans l'agribusiness
Posted 22 December 2018 at 04:34

L’Entrepreneur du Mois 

Dans sa dynamique d’inspirer aux jeunes nigériens l’esprit entrepreneuriale le réseau AgriProFocus Niger s’intéresse aux jeunes entrepreneurs (hommes et femmes) qui, départ leurs activités contribuent à la promotion et à la valorisation des produits locaux. C’est dans cette perspective que nous vous présentons BENDEKKEN Moulay Bachir (BMB) PDG du groupe BENALYA.

APF Niger : Présentez-vous s’il vous plait !

BMB : Je suis Mr BENDEKKEN Moulay Bachir, né en 1976 à Agadez au Niger. Titulaire d’un bac C, d’une maitrise en génie électrique, d’ingéniorat en Electronique Informatique, fondateur et PDG du Groupe BENALYA un ensemble de 4 entreprises dans le domaine de l’énergie, de l’irrigation, de l’élevage, de la sécurité électronique, du BTP écologique et de la formation. Je dirige l'équipe des partenaires et collaborateurs (trices) dans la réalisation de la mission du groupe en appliquant une stratégie basée sur la gestion axée sur les résultats, la responsabilité sociale et en créant au sein de l'écosystème une chaîne de valeurs partagées avec les clients, les fournisseurs, l’équipe et nos partenaires.

APF : Parlez-nous de votre parcours d’entrepreneur !

BMB : Mon parcours d’entrepreneur a commencé au primaire par la vente en détail d’un paquet de bonbon que j’ai eu en cadeau ; Photographe amateur et vendeur de jus de tamarin fait à la maison au collège(Tanout) ; Vendeur sur commission des pièces de rechange moto, apprenti mécanicien moto et répétiteur à domicile au Lycée(Zinder). Après mes 4 ans d’études universitaires au Maroc), j’étais stagiaire et enseignant vacataire pendant 1 an. En 2002 J’intègre l’école d’aviation civile EAMAC et ouvre un cybercafé, puis une société de maintenance informatique. En 2004 L’ASECNA m’embauche comme ingénieur de maintenance, je quitte et crée l’EPN (Ecole Polytechnique et Niamey) en 2008 avec très peu de moyen mais beaucoup de volonté « commencer petit mais voir grand » car mon premier objectif pour mon pays était rehaussé les compétences des jeunes pour une meilleure employabilité. Trois ans après je crée le Groupe BENALYA puis ensuite les autres filiales

Aujourd’hui, je suis leader de toute une équipe de jeunes et adultes dans lesquels j'investi beaucoup de temps et de ressources pour développer en eux et en elles ma vision de créer un écosystème intégré pour mettre en valeur les potentialités énergétiques et agricoles du Niger et de la région. J’investi beaucoup dans le développement de leurs capacités et compétences pour réaliser la mission du Groupe BENALYA.

APF : Quel est la mission du Groupe BENALYA et Parlez-nous de la filiale BENAFSOL ?

BMB : A travers son vaste réseau de partenaires, distributeurs, installateurs, BENALYA se donne pour mission de créer une chaine de valeur partagée et pérenne grâce à l'énergie verte, à l’eau et au développement des compétences pour répondre aux problématiques de la Sécurité alimentaire, de l’employabilité des jeunes, de la lutte contre la pauvreté et l’insécurité.

La filiale BENAFSOL (BENALYA AFRIQUE SOLAIRE) dont le slogan est « L’énergie verte pour le développement »propose des solutions complètes dans les domaines suivants : Energie verte, irrigation, eau, aviculture, pisciculture et la petite transformation.

Pour atteindre le maximum des clients dont la majorité est en zones rurales et surtout répondre à leurs besoins dans ce vaste pays, BENAFSOL travaille avec des jeunes installateurs, des distributeurs qu’elle forme, qu’elle appuie, qu’elle accompagne et cautionne au niveau de notre banque.

Comment avez-vous financé vos activités ?

BMB : Très bonne question à laquelle tous les jeunes entrepreneurs cherchent une réponse. Malheureusement et c’est la triste réalité seul le promoteur d’un projet et ses proches (qui n’ont généralement pas le moyen de le financer) croient en sa réussite.

Je n’ai pas fait exception à cette règle. Au début il faut rien attendre des banques car sans garantie pas de financement.

Comment ai-je fait pour financer mes activités ? Pour financer mes activités ce n’est pas sorciers, j’ai fait ce qu’il faut faire : parcourir un très long chemin plein d’obstacles très difficiles à franchir mais franchissables laborieusement. Je vous donne un exemple d’un de mes premiers projets (diagnostic d’un petit réseau informatique de 4 PC d’une PME où 2 PC sur 4 n’ont pas accès à internet) :

1. J’ai cru au fond de moi que je peux réaliser ce travail

2. Pour le faire il me faut un testeur réseau (que je ne possède pas)

3. Le client me demande mes références pour les travaux similaires (que je n’ai pas, donc risque de ne pas avoir l’affaire)

Deux obstacles à surmonter : Client et outil de travail,

• Obstacle client : Je lui ai exposé en détail toutes les étapes de mon intervention pour réaliser ce travail et de ne pas me payer si insatisfaction: il a accepté !

Obstacle outil de travail : location du testeur et paiement si le client me paye.

J’ai ainsi réalisé ce projet et d’autres par récurrence jusqu’à gagner la confiance de mes fournisseurs, de mes clients et surtout de ma banque qui me finance à ce jour.

APF quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face et comment vous les surmontez ?

BMB : En générale toute difficulté n’est difficulté que quand on pense que c’est difficile. Je préfère le mot obstacle qui est proportionnel à la taille du projet qu’a le jeune entrepreneur, plus le projet est grand nombreux sont ses obstacles. Obstacles qui découragent beaucoup des jeunes. Pour les surmonter il faut commencer par des petits projets peu ambitieux et réalisables pour montrer que « j’ai fait » donc « je suis capable » le reste viendra tout seul.

APF quelles sont vos perspectives ?

BMB : Contribuer activement à la lutte contre la pauvreté ; le chômage des jeunes ; la sécurité alimentaire par les métiers verts

APF Quel appel lancez-vous aux jeunes nigériens ?

BMB : La jeunesse nigérienne doit être humble, modeste, entreprenante, patiente et persévérante dans un Niger en pleine mutation entrepreneuriale.

APF Votre mot de fin

BMB : J’aime mon pays, j’aime l’Afrique et par le travail nous les développerons !